Au sommaire : l'urbanisme des communs, vers un modèle circulaire pour les matériaux de construction, la sortie des énergies fossiles, la précarité alimentaire, le vélo nouveau mode de vie, après la ville-automobile.
 
 
 
IAU île-de-France
 
28 mai 2020 - #123
 
L’avènement d’un urbanisme des communs ?
 
Plusieurs tendances fortes irriguent le monde de la fabrique urbaine et de l’architecture depuis plusieurs années, et semblent esquisser un nouvel urbanisme des communs. La crise sanitaire vient aujourd’hui confirmer leur pertinence pour une meilleure résilience régionale. Les espaces publics deviennent des lieux de partage, de convivialité et de lien social. Il y a aussi cette volonté de développer des foncières solidaires permettant à des activités d’utilité sociale de se déployer, y compris dans les quartiers les plus chers. N'oublions pas le primat donné aux usages sur la forme, au réemploi plutôt qu’au grand geste architectural, à la contextualisation plutôt qu'à la mise à l’échelle. La crise sanitaire a crûment remis en avant les inégalités sociales et de santé. Comment un urbanisme des communs pourrait-il contribuer à les réduire ? Cécile Diguet, directrice du département Urbanisme, Aménagement et Territoires de L'Institut, partage son analyse dans ce dernier numéro des Chroniques des confins.
 
Lire la Chronique des confins
 
 
Vers un modèle circulaire pour les matériaux de construction
 
Le développement et le renouvellement des espaces urbanisés impliquent une importante mobilisation de ressources naturelles, majoritairement non renouvelables et parfois en raréfaction. De plus, le modèle dominant de la gestion des déchets de chantiers engendre de forts impacts sur l’environnement et des conflits d’usage des sols. Les territoires urbains se retrouvent ainsi en première ligne pour répondre aux enjeux de l’aménagement durable. Quel est l’état de la gestion actuelle de ces flux
essentiels au métabolisme francilien ? Comment organiser une transition vers un modèle plus circulaire ?
 
Lire la Note rapide
 
 
La sortie des énergies fossiles, un sevrage difficile
 
Dans un contexte de crise économique, consécutive à la crise sanitaire que nous traversons, le pétrole est en train de subir une chute des cours du brut. La conséquence pourrait être un recours accru aux énergies fossiles lors de la reprise et une mise à mal des efforts de transition énergétique réalisés en vue d'atteindre les objectifs de neutralité carbone. Si s’affranchir complètement des énergies fossiles paraît encore aujourd'hui un objectif lointain, comment mieux comprendre notre dépendance et mieux activer les leviers permettant de la réduire ?
Cette première chronique de la transition énergétique lance une nouvelle série proposée par l'AREC, l'Agence régionale Énergie-climat, département de L'Institut.
 
Lire la Chronique
 
La crise sanitaire et économique révèle la précarité alimentaire des plus démunis
 
La crise sanitaire provoquée par le Covid-19, par son ampleur et sa brutalité, est l’occasion d’une introspection générale et d’une prise de conscience aiguë des maux dont souffrent nos sociétés. Au cœur de ceux-ci, la question alimentaire, et par voie de conséquence agricole, se pose avec une nouvelle acuité, tout particulièrement dans nos métropoles ultra denses et minérales. Ici, plus qu’ailleurs, l’arrivée du Covid-19 a jeté une lumière crue sur les multiples failles et tensions autour de l’approvisionnement et de l’accès à l’alimentation des populations.
 
Lire l'article
Le vélo, nouveau mode de vie, nouveau mode de ville ?
 
En novembre dernier, nous organisions un petit déjeuner décideurs-chercheurs sur la place du vélo dans les mobilités quotidiennes. Une crise sanitaire plus tard, les constats d'alors sont certainement à reconsidérer à l'aune de nouvelles pratiques et de nouveaux aménagements urbains (cf. nos récents articles sur l'urbanisme tactique). Il n'en demeure pas moins vrai que l'utilisation du vélo en Île-de-France est paradoxale : une augmentation de 30 % des déplacements à vélo entre 2010 et 2018 est constatée alors que ce mode de déplacement n’est, jusqu'à preuve du contraire, pas encore perçu comme une solution structurante pour organiser les mobilités en zone dense.
Retrouvez la synthèse de la séance, le podcast et les diaporamas des intervenants. Autant de ressources précieuses en ces temps propices au développement de l'usage du vélo.
 
Consulter les ressources
Après la ville-automobile, la métropole humaine ?
 
À partir de la seconde moitié du 20e siècle, le modèle de la « ville-automobile » s’est surimposé à la ville-gare du 19e siècle et à la ville-pédestre des siècles précédents, étalant les métropoles et les rendant dépendantes des énergies fossiles. Aujourd’hui, on parle de villes compactes, de « car-lite » ou de « car-free living ». Mais quid du périurbain ? Et quid de l’arrivée attendue de robots dans nos rues ? L’avenir de nos métropoles sera-t-il humain ?
Cet article alimente nos réflexions sur la ville à l'heure du déconfinement, là où l'urbanisme tactique apporte son lot de solutions légères, temporaires et rapides à mettre en œuvre pour amorcer la reprise des activités.
 
Lire l'article
 
AGENDA DES WEBINAIRES
 
 
► 10/06/20 - 14 h 30 à 15 h 30 : Débat-conf-ÎSÉE #2 - Covid-19 et santé environnementale : Questions posées à une métropole et perspectives de développement de la recherche européenne (programme en préparation)
 
 
► 17/06/20 - 9 h à 10 h 30 : Petit déjeuner décideurs-chercheurs - Comment ça marche en Île-de-France ? (programme en préparation)
 
 
Votre avis sur les données franciliennes Énergie et GES
Le Réseau d’observation statistique de l’énergie et des émissions de gaz à effet de serre en Île-de-France (ROSE) a pour objectif de rassembler, consolider, traiter et diffuser les informations et données relatives à la consommation et à la production d’énergie sur le territoire francilien. Animé par l’AREC, l’observatoire est copiloté par l’État et la Région, et réunit quatorze partenaires dont L'Institut.

Le ROSE souhaite offrir aux acteurs et territoires franciliens engagés dans la transition énergétique une meilleure compréhension des enjeux et spécificités territoriales des consommations énergétiques, de la production locale d’énergies renouvelables et de récupération, et les émissions de gaz à effet de serre.

Pour répondre au mieux aux besoins et attentes des Franciliens, une grande enquête est lancée par le ROSE afin d'élaborer une réflexion collective sur les productions actuelles et les évolutions souhaitables pour la région Île-de-France.
 
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Flickr
Youtube
 
 
 
15, rue Falguière - 75740 Paris cedex 15
Tél. : 01 77 49 77 49
 
 
Cet email a été envoyé à | S'inscrire